6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire)

Le jour le plus long, aussi bien vu du côté Allemand que de celui des alliés. Ce n'est pas Band of Brothers ni même le Soldat Ryan!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jacques Bingen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Jacques Bingen   Sam 17 Mai - 0:53

Jacques Bingen, né à Paris le 16 mars 1908,
est une figure éminente de la Résistance française, membre de la France
libre dès 1940 puis délégué national du Général De gaulle auprès de la
Résistance intérieure française, du 16 août 1943 à son arrestation par la gestapo le 12 mai 1944. Il se suicida pour ne pas parler, et son corps n'a jamais été retrouvé. Il est compagnon de la Libération.Issu d'une famille italienne juive, gendre d'André Citroën, Jacques Bingen intègre l' Ecole des Mines de Paris en 1926 et en sort ingénieur. Il est également diplômé de l’École libre des sciences politiques.
Dans les années 1930, tout en aidant son beau-père dans la gestion de
ses affaires, Jacques Bingen est secrétaire du Comité central des
Armateurs. Il se bat vaillamment en 1939-1940 et pendant la débâcle de juin 1940, il fuit, blessé, à l'ennemi. Rejetant immédiatement l'Armistice, il quitte La Rochelle pour le Maroc et gagne aussitôt de là Gibraltar, déguisé en pilote polonais, puis la Grande-Bretagne, où il parvient en juillet 1940. Le 23 juillet, il se présente à Charles de Gaulle et se met au service de la France libre naissante. Le 12 août 1940,
il prend la tête des services de la Marine Marchande de la France
libre, au goût assez imaginaire, mais qui représente un attribut
symbolique de souveraineté auquel de Gaulle est forcément sensible.
Travailleur solide, en liaison avec l'Amirauté britannique qui abrite
ses bureaux, Jacques Bingen se souhaite toutefois de l'action. Très
indépendant d'esprit, il n'hésite pas à critiquer en face de Gaulle pour ses penchants autoritaires et sa rigidité de caractère, tout en lui restant indéfectiblement fidèle. Il entre au BCRA en 1942 et s'occupe des liaisons civiles avec la France occupée. Il rencontre Jean Moulin venu à Londres. Après l'arrestation de ce dernier le 21 juin 1943, il se porte volontaire pour aller aider sur place son vieil ami Claude Bouchinet-Serreules, successeur de Moulin à la tête de la Délégation générale de Londres en métropole. Le 16 août 1943,
il est parachuté en France. Dans la lettre qu'il laisse à sa mère avant
de partir, il évoque, parmi ses pensées de choisir cette mission
périlleuse: “J’ai acquis un amour de la France plus
fort, plus immédiat, plus tangible que tout ce que j’éprouvais
autrefois quand la vie était douce et somme toute facile. Et mon départ
peut – c’est une chance inattendue – servir la France autant que
beaucoup de soldats. J’espère d’ailleurs qu’avant ma fin, j’aurai rendu
une grande partie de ces services. Il y a enfin, accessoirement, la
volonté de venger tant d’amis juifs torturés ou assassinés par une barbarie comme on n’en a point vu depuis des siècles.
Et là encore la volonté qu’un juif de plus (il y en a tant, si tu
savais) ait pris sa part entière et plus que sa part dans la libération
de la France.”
Jacques
Bingen doit faire face à une situation très pénible. Après la mort de
Jean Moulin, l'unité de la Résistance subsiste mais beaucoup de
mouvements souhaitent recouvrer une plus grande autonomie vis-à-vis de
Londres et de ses directives. L'afflux aux maquis des réfractaires au STO
pose d'éternels problèmes de ravitaillement, de financement, d'armement
et d'encadrement. Enfin, contrairement aux espoirs répandus, le
débarquement allié en France ne se produira pas pour 1943, et il faut à
la Résistance affronter un nouvel hiver de clandestinité et de lutte.
Jacques Bingen joue un rôle déterminant dans l'unification des forces
militaires de la Résistance, qui aboutit à la création le 1er février 1944 des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI), qui rassemblent l'Armée Secrète gaulliste, les FTP
communistes et l'ORA giraudiste. Pour financer la Résistance en pleine
croissance, il organise le COFI, ou Comité Financier. Il redirige ou
maintient les diverses commissions liées au Conseil National de la Résistance, ainsi le NAP chargé de préparer la relève administrative, le Comité d'Action contre la Déportation, qui lutte contre le STO, le Comité des Œuvres Sociales de la Résistance (COSOR), confié au R.P. Pierre Chaillet, qui vient en aide aux familles des clandestins arrêtés et emprisonnés. Le 15 mars 1944, Bingen collabore à l'adoption du programme du CNR,
qui lance les fondements de la réforme du pacte social et de la
démocratie en France. A partir de décembre 1943, Jacques Bingen est
officiellement délégué national de Londres pour toute la France. Traqué
par la Gestapo, il redouble d'énergie et de travail. A partir de mars
1944, il s'occupe plus spécifiquement de la zone sud. Malgré les risques grandissants, il récuse de rentrer à Londres. Le 12 mai 1944,
la trahison de l'agent double belge Alfred Dormal permet à la Gestapo
d'arrêter Jacques Bingen en gare de Clermont-Ferrand. Il s'échappe,
mais une employée de la Banque de France, ne comprenant pas ce qui se
passe, indique son chemin aux poursuivants. Repris, Jacques Bingen
avale son cyanure pour ne rien divulguer des secrets de la Résistance,
il meurt à Clermont-Ferrand le 12 mai 1944. Son corps
n'a jamais été récupéré. Encore trop méconnu du grand public, malgré
l'importance de son rôle historique, Jacques Bingen est reconnu par ses
camarades de combat mais aussi par les spécialistes de la Résistance
comme l'une des plus pures figures du combat clandestin, aussi l'une de
ses plus courageuses, jusqu'au sacrifice de sa vie. Dans son testament,
rédigé quelques semaines avant sa disparition, il écrivait: “Enfin, sur
le plan personnel, je voudrais que tous les miens sachent à quel point
au cours de ses huit derniers mois, j'ai été souverainement heureux.”


Jacques Bingen


Poste émetteur récepteur de la résistance avec écouteurs



Carte d'identité de M. Hirlemann Paul, autre résistant.



Amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
 
Jacques Bingen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLIX (Jacques-Alexandre-François) lieutenant-général
» SAINTE HILDEGARD DE BINGEN, 16 septembre
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."
» Jean-Jacques Vélasco s’exprime enfin !
» Jean Jacques Velasco: J'ai parlé des ovnis avec Lionel Jospin et Mitterrand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire) :: PREAMBULE :: Une fausse armée en Angleterre, en face du Pas-de-Calais...Patton et 12 fausses divisions :: Larésistanceen France-
Sauter vers: