6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire)

Le jour le plus long, aussi bien vu du côté Allemand que de celui des alliés. Ce n'est pas Band of Brothers ni même le Soldat Ryan!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Opération Lüttich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
severlow
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Opération Lüttich   Mer 11 Juin - 15:30


Opération Lüttich



En
Juillet 1944, la situation des troupes allemandes en Normandie est des
plus tendues : les Anglo-Canadiens viennent de prendre Caen, et les
Américains ont pris Avranches (au sud-ouest du Cotentin), d’où ils
peuvent d’une part prendre les Allemands à Revers et d’autre part
libérer la Bretagne. De plus, Montgomery déclenche une bataille
acharnée à Falaise, qui sera décisive pour le sort de la guerre. Les
troupes allemandes sont épuisées, et le front menace à tout moment de
se rompre. Pour cela, Hitler imagine l’opération Lüttich : il espère
couper la presqu’île du Cotentin entre Mortain et Avranche, avec une
puissante offensive blindée. Ainsi, la 3ème armée de Patton sera isolée
(Patton avait commencé à s’avancer vers la Bretagne) du gros des forces
alliées, et privé de vivres et munitions il sera aisé de la battre.
Ainsi, Hitler espère briser le moral des alliés, et émouvoir la
population américaine. En plus de cela, la 7ème armée Allemande pourra
regagner du terrain dans le Cotentin, et enrayer le risque
d’encerclement.
Comme nous l’avons vu, cette opération sera
exclusivement blindée. L’effort sera donc porté par le 47ème Panzerkorp
du général von Funck, constitué de la 1ère Panzer Division SS
(Leibstandarte Adolf Hitler) la 2ème Panzer Division SS (Das Reich) le
2ème Panzer Division, la 17ème Panzer Grenadier Division SS (Götz von
Berlichingen), et la 116ème Panzer Division. Bien que nombreuses, ces
divisions ne totalisent en fait que 150 chars et une trentaine de StuG.
Hitler chargea Günther von Kluge de diriger les opérations. Celui-ci,
avait un avis beaucoup plus négatif sur l’issue de l’opération, et à
vrai dire, il espérait plutôt pouvoir reformer les lignes de la 7ème
armée et ensuite se retirer derrière la Seine, où les Allemands
pourraient se défendre de manière plus efficace. Le général allemand
surnommé der Kluge Hans (Hans le sage) était en fait conscient de
l’état de fatigue et de délabrement de ses troupes, et de la maîtrise
du ciel des alliés.
L’opération doit commencer début Août 1944. Pour qu’elle se déroule
dans les meilleures conditions, Goëring fournit 300 appareils du 2ème
Jagdkorps du Generalleutnant Alfred Bülowius. Cependant ces avions
furent rapidement neutralisés par l’aviation alliée avant qu’ils ne
puissent entrer en jeu.
Le problème majeur était la suprématie aérienne allié : celle-ci
empêchait tout déplacement de jour, ce qui était assez handicapant pour
les chars, mais encore plus pour les colonnes de ravitaillement, qui
devaient à chaque fois attendre l’obscurité pour envoyer des vivres et
des munitions à des troupes nécessiteuses.
Pour compléter le dispositif, Hitler proposa de rajouter 60 Panther
maintenus en réserve dans Paris, ainsi que 80 panzer IV et la 11ème
panzer division en ce moment dans le sud de la France. Ces propositions
ne furent cependant pas honorées.
En effet, Von Kluge préférait démarre l’opération le plus vite
possible, alors qu’Hitler voulait attendre que tous les renforts soient
arrivés. Von Kluge finit par l’emporter, et dès la nuit du 6 Août, les
colonnes allemandes s’avancèrent pour gagner leurs positions d’attente
respectives, principalement entre Sourdeval et Mortain.

La défense américaine repose sur trois piliers : la 9ème division
d’infanterie au nord (près de Cuves), la 30ème division d’infanterie
dite « old Hickory » au sud, sur qui sera porté l’essentiel de
l’attaque allemande, et en retrait la 3ème armoured division, dite
aussi « spearhead ».
Même si des mouvements de troupes sont repérés tôt dans la matinée, et
que les services de renseignement affirment que des chars allemands
sont en train de prendre position devant les lignes US, le commandement
allié ne semble pas réagir.

Dès le début, la suprématie aérienne alliée se fit remarquer : par des
raids incessants, celle-ci ralentit considérablement le trajet des
unités blindées allemandes, qui n’arrivent donc pas à l’heure à leur
position. De Plus, Gerhard von Schwerin-Krosigk, comandant de la 116ème
panzer division, notoirement anti-nazi, omit volontairement de donner
l’ordre de se déplacer à sa division. La raison qu’il trouva fut que la
division d’infanterie dépêchée pour relever les positions de la 116ème
n’était pas à la hauteur de la tâche. Von Schwerin-krosigk, fut
immédiatement remplacé par un adjoint de Funck. Pour ces raisons, les
colonnes allemandes ne purent véritablement se déplacer que le 7 Août
au soir. Dans un premier temps, les Allemands bénéficient de l’effet de
surprise, et grâce à un faible bombardement sur Mortain créent la
panique parmi la population civile.
Au sud, et au nord, des éléments avancés du dispositif allemand
réussissent sans grande difficulté à créer deux poches isolant presque
la 3ème armored division et la 30ème infantry division de la 9ème
infantry division. Cependant, au nord les hommes du 119ème régiment
bloquent la progression de la 2ème panzer division, à Mesnil-Adelée, au
moyen d’armes anti-chars, ce qui permet une étroite voix de
communication entre le 9ème infatry corps et le reste de la 3ème armée
de Patton.
Le 8 Août, avec l’arrivée du jour et la dispersion du brouillard, très
dense, les éléments de la 2nd tactical air Force britannique peuvent
décoller et infligent de nombreuses pertes aux chars et véhicules
allemands. Ceux-ci privés de soutien aérien (les avions promis par
Hitler ayant été détruits) sont obligés de stopper leur progression
pour trouver un abri. Plus de cent véhicules allemands seront ainsi
détruits.
Du côté de Mortain, celle-ci tombe rapidement, mais une poche de
résistance se forme un peu à l’ouest de la ville, sur le côte 314, que
ses occupants tiendront jusqu’au bout, dans des conditions des plus
critiques. En effet, six cents hommes, répartis entre un peloton du
120ème infantry regiment et du 823ème Tank destroyer Battalion,
tiendront jusqu’au 12 août, après avoir repoussé plusieurs tentatives
de pourparlers de la part de leurs assaillants (la 2ème SS Panzer
Division). La poche de résistance US tint dans des conditions
effroyables : privée de vivres, munitions et matériel médical, elle dut
affronter les chars allemands sans aucun soutien blindé. L’US Air Force
parachuta du matériel, mais celui-ci tomba assez souvent dans les mains
des assaillants allemands, qui eux aussi avaient grand besoin
d’approvisionnement. Il y aura à la fin 300 morts parmi les US (sur
600), mais 40 chars abattus du côté allemand dans cet unique secteur.
Un peu plus au nord, la 1ère SS panzer Division est bloquée par les
117ème et 120ème régiments d’infanterie américaine, ce qui lui empêche
d’aller vers Juvigny-le-Tertre.
Le plan d’Hitler commence à s’enrayer. Espérant toujours pouvoir
obtenir la victoire, celui-ci ordonne à trois divisions panzer SS (la
12ème la 10ème et la 9ème) en train de combattre à Falaise de se rendre
à Mortain. Cependant, la pression exercée par les troupes
anglo-canadiennes dans le secteur de Falaise est telle que ces trois
divisions allemandes ne pourront pas se retirer.
Vers la fin de la journée du 8 Août, les Américains se réorganisent et
réussissent quelques contres offensives : les 117ème et 120ème
régiments d’infanterie aidés par des éléments de la 3ème armoured
division reprennent St Barthélémy et Romagny. De plus, des renforts
arrivent : la 35ème infantry division tente de reprendre Mortain, et
les 4ème et 9ème divisions d’infanterie soutiennent le dispositif
allié. Une unité de la 4ème infatry division détruira dans la journée
du 8 Août une colonne entière de blindés allemands.
Les journées qui suivent voient l’affrontement prendre plus de violence
: en effet, la géographie du lieu est peu propice à de grands
mouvements de chars, et donc à de grands affrontements décisifs, où
tout se joue. La région de Mortain est constituée des vallées
encaissées, entrecoupées de hautes haies et de petits cours d’eau. Les
chars sont donc obligés de se déplacer en colonne, et peuvent
facilement être la cible de l’infanterie, cachée dans la végétation.
Ainsi, durant les 9, 10 et 11 Août, Allemands et Américains
s’affronteront pour sauver le moindre m² de terrain.
Le 11 Août, après s’être rendu compte de la situation, l’état major
allemand décide de retirer les troupes du secteur de Mortain, pour
éviter une déroute : Mortain n’a pu être dépassée (alors qu’au départ
il fallait arriver jusqu’à Avranches). De plus les alliés se dirigent
vers Aleçon, ce qui met la 7ème armée en péril d’encerclement et les
Canadiens entament une puissante offensive sur Falaise. La 7ème Armee
ainsi que la 5ème Panzer Armee (qui est à Falaise) finiront par se
faire encercler, et se feront massacrer deux semaines plus tard dans ce
qu’on appellera la poche de Falaise.
par Giuliano de Franchisworldwartwo.free.fr




_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
severlow
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Pendant l'opération Lüttich   Mer 11 Juin - 15:37

GI's de la 4th Inf div du 12th IR au repos, viennent renforcer la 39th Inf Div US, le 7 août.



Pendant l'opération



Opération Tractable le 14 août



Carte des opérations



Amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
 
Opération Lüttich
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération Lune
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.
» Compassion vs Commisération ?
» besoin de conseils: opération dent de sagesse
» Opération du plais quand ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire) :: VOS SUGGESTIONSQue manque-t-il pour améliorer le forum? :: POUR ETRE COMPLETL ANEANTISSEMENT DE L ARMEE DE NORMANDIEDe l'opération COBRA à la percée d'Avranches :: Le couloir de la mort-
Sauter vers: