6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire)

Le jour le plus long, aussi bien vu du côté Allemand que de celui des alliés. Ce n'est pas Band of Brothers ni même le Soldat Ryan!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Témoignages sur les bombardements de St Lô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
severlow
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Témoignages sur les bombardements de St Lô   Dim 22 Juin - 17:49

"

La ville de Saint-Lô baptisée
" Rocher de la liberté " par la Révolution française, a été ravagée
par l'armée de la Libération en 1944, au point d'être appelée "
Capitale des ruines ".



Le soir du 6 juin 1944 le
coeur de la ville de Saint-Lô a été incendié par l'aviation alliée, dont
les bombardements ont continué en juin-juillet . Arrivée assez tôt dans les
parages de Saint-Lô (Villiers-Fossard et Mesnil-Rouxelin) l'armée américaine,
retardée par la " bataille des haies " et la conquête du port de
Cherbourg progresse difficilement vers Saint-Lô. Enfin le 19 juillet. L'armée
allemande se replie au sud et à l'ouest de la ville : quand les soldats Américains
arrivèrent à Saint-Lô, les deux tours de l'église Notre-Dame étaient
toujours debout. Un officier des renseignements américain ayant parcouru
courageusement les galeries de la façade de l'édifice, aurait voulu y établir
un observatoire, mais les chefs l'en dissuadèrent et d'ailleurs, la nuit
suivante, une batterie allemande établie à Agneaux défonça la façade de l'église
entraînant la chute de la tour nord. déjà ébranlée par l'incendie du
beffroi et la chute consécutive du bourdon au travers des voûtes.







Voici le témoignage d'un de
mes amis habitant la rue des Prés qui se réfugia dans cet abri :






" Maman, ma soeur et non
frère sont partis dans cette cave depuis le bombardement de 17 heures. Je les
rejoins alors que tombent les premières bombes vers 20 heures. On a vu 14
avions qui volent très haut. Nous sommes entrés dans cet abri par un petit
escalier ouvert sur la rue du Poids National, sur le côté des magasins
Letenneur. Nous nous trouvons dans une très grande cave qui court sous tout le
magasin. Elle est divisée en plusieurs salles voûtées. Déjà quelques
personnes sont ici mais il en arrive tout le temps. Nous nous éclairons avec
des bougies et des lanternes. Le souffle des bombes entrant par les soupiraux éteint
celles-ci causant des " trouilles " importantes. On rallume dès que
possible. Quelques paniques se produisent à l'arrivée de nouveaux réfugiés.
En entrant ils renversent des extincteurs qui se déclenchent tous seuls, leur
jet à longue portée causaient autant de peur que les bombes du dehors.



Dans la nuit un réfugié
fait son apparition sur l'escalier intérieur. Il crie : " Je suis libre !
Je suis libre ... ! " C'est un prisonnier échappé aux ruines de la prison
toute proche. Sa joie est surréaliste dans ces moments de ruines et de mort..



Je suis sorti de l'abri entre
les bombardements de 1 heure du matin et de 4 heures ; maman s'y oppose... Le
spectacle de la place Gambetta est hallucinant : les tours et les voûtes de
Notre-Dame brûlent, l'ancienne " Maison Dieu " flambe comme un
chaudron, c'est une fournaise qui m'entoure de partout. Je suis apparemment le
seul spectateur de Saint-Lô en feu ! Fasciné ! "







Autre témoignage :



". ... de 8 heures du
soir le mardi 6 juin jusqu'au mercredi 7 à 4 heures du matin nous restons dans
l'abri Letenneur qui se remplit peu à peu, nous y serons 150 personnes peut-être
même plus ; bébés, vieillards, et même quelques prisonniers échappés de la
prison qui vient d'être démolie par les bombes.



Nous prions et chantons des
cantiques, monsieur François Letenneur est très charitable : il a distribué,
matelas, pèse-bébé pour y mettre les enfants. A 1 heure du matin, nouvelle émotion
terrible, les bombes tombent, l'abri résiste. Nous courbons le dos à chaque
fois, une odeur de soufre nous emplit la bouche, nous sommes couverts de poussière,
nous résistons. Mais nous apprenons plus tard que deux bombes sont tombées sur
l'immeuble et qu'une torpille heureusement non éclatée est près de nous. à 5
mètres.




Jean est admirable. il ranime
les courages. Quelques blessés arrivent. Notre boite à pharmacie est utilisée.
Quelqu'un de Cherbourg. monsieur Camerlynch, blessé à la tête,
meurt dans notre abri, le père Marie lui donne l'absolution... Dans un fracas
terrible les glaces des magasins Letenneur s'effondrent... A 5 heures nous
quittons l'abri et alors un spectacle effrayant s'offre à nos veux. La place
Gambetta est en flammes. L'église Notre-Dame se dresse portes ouvertes.
majestueuse au milieu du feu, elle-même flambe. Nous nous dirigeons vers la
Poterne et marchons au milieu des plâtres, pierres et fils électriques et de
multiples plaquettes incendiaires intactes. Nous entrons dans l'abri souterrain
creusé par les allemands. Il est occupé par des soldats et de nombreux civils.
Nous restons une demi-heure et partons vers le Hamel ­Aubrais ... "






beaucoudray.free


amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
 
Témoignages sur les bombardements de St Lô
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [seconde] Atelier d'écriture ; des témoignages ?
» Immigrants (13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens)
» témoignages de parents pour un mémoire orthophonique
» Registres de l'inquisition témoignages anonymes
» Utilité des témoignages!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire) :: UNE PAUSE DANS CE VACARME :: PAPOTAGE, POTINS, VOS HUMEURS-
Sauter vers: