6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire)

Le jour le plus long, aussi bien vu du côté Allemand que de celui des alliés. Ce n'est pas Band of Brothers ni même le Soldat Ryan!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Résistance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Sam 3 Nov - 13:53

Un des planeurs s'écrase au sol, un autre est abattu par une arme automatique. Sur le terrain en cours d'achèvement les hommes au travail ont d'abord cru à l'arrivée de parachutistes alliés. La faible défense a tardé à réagir dans l'affolement général vite transformé en fuite éperdue. Le mitraillage aérien provoque de très lourdes pertes. Des planeurs qui ont atterri sur le terrain préparé pour d'autres, aux lisières de Vassieux ainsi que dans les hameaux de Jossaud, de la Mûre, du Château et des Chaux., les paras allemands sont immédiatement dans le village. Des unités de maquisards y cantonnent partageant les locaux avec les habitants. Ainsi, à La mure, un peloton des 11e cuirassiers est surpris et pratiquement anéanti en quelques minutes par la ruée et les tirs intenses des assaillants qui, dans leur action, n'épargnent pas les civils. Ils n'y trouvent aucune résistance sérieuse.

Les civils ne sont pas épargnés.......
En quelques minutes, la partie est jouée Vassieux écrasée, la population massacrée, les maquisards submergés et anéantis. Parmi les tués, le jeune fils du colonel Descour.
Malgré la perte de plusieurs planeurs, les assaillants, des parachutistes, probablement en partie des waffen SS levés dans les pays de l'est, se retranchent dans les ruines plusieurs maisons touchées par des bombes brûlent. Très vite, les Allemands organisent leurs positions.. Bien soutenus" par leur aviation, ils n'en seront plus délogés , malgré les tentatives de contre-attaques, lancées sans l'appui d'un armement lourd indispensable, et sans moyens de liaisons qui permettraient de coordonner l'action. En fin de journée, la situation est partout compromise .
Devant l'éventualité d'un rapide débordement des défenses, Huet, réunit, de nuit, un conseil de guerre pour déterminer l'attitude à adopter. La trop grande élongation du périmètre défensif fait repousser l'idée d'un regroupement pour tenter une percée en force. D'où la décision de poursuivre la lutte jusqu'à épuisement desmoyens, puis sur ordre, de disparaître dans les zones isolées, réparties entre les divers éléments.

À 11 heures, la radio de l'État-major alerte Alger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Dim 4 Nov - 2:08

Depuis Saint-Martin, Huet et son État-major décident d'organiser une contre-attaque pour reprendre Vassieux à partir des lisières emmurant la cuvette. Geyer en est chargé..

Geyer
Ni les maquisards du 11es Cuirassiers ni le commando américain n'entament les défenses adverses. Il faut se replier avec des pertes. Le lendemain n'apportera pas le moindre secours d'Alger, sollicité en vain. Le 22 juillet les contre-attaques prévues contre les aéroportés de Vassieux, se révèlent irréalisables avec les moyens disponibles. En fin de journée l'étau s'est partout resserré et les liaisons du maquis deviennent très aléatoires

Dès la veille au soir Chavant a expédié son fameux appel .

« La Chapelle, Vassieux, Saint-Martin bombardés par l’aviation allemande. Troupes ennemies parachutées sur Vassieux. Demandons bombardement immédiat. Avions promis de tenir trois semaines ; temps écoulé depuis la mise en place de notre organisation : six semaines. Demandons ravitaillement en hommes, vivres et matériel. Moral de la population excellent, mais se retournera rapidement contre vous si vous ne prenez pas dispositions immédiates et nous serons d’accord avec eux pour dire que ceux qui sont à Londres et à Alger n’ont rien compris à la situation dans laquelle nous nous trouvons et sont considérés comme des criminels et des lâches. Nous disons bien : criminels et lâches "

Une nouvelle tentative pour reprendre Vassieux, prévue pour la fin de l'après-midi, n'a lieu que pendant la nuit. Faute d'avoir pu rameuter un effectif suffisant, faute d'armes lourdes, elle échoue comme la précédente. D'autant qu'au cours de la journée, sous la protection de la Luftwaffe, les parachutistes ont reçu des renforts. Plusieurs planeurs se sont posés sur le terrain de Vassieux ainsi que des Junker 52, avions tri-moteurs de transport.

La cuvette de vassieux
Ils ont, en retour, évacués les morts et les blessés. Du côté des maquisards et de la population, les pertes sont lourdes


Dernière édition par le Ven 9 Nov - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Vassieux   Dim 4 Nov - 10:09

Je me souviens avoir sauté à Vassieux, je ne sais plus dans quel cadre de manoeuvre ni la date mais j'en ai un bon souvenir!

amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Résistance   Lun 5 Nov - 15:31

certainement pour une commèmoration,le plateau du vercors est un très beau site et l'air y est très bon surtout pour les enfants des villes qui y reprènent de bonnes couleurs pour les vacances. Il y a beaucoup de villages d'enfants.


Dernière édition par le Lun 5 Nov - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: art des pas sont tombés   Lun 5 Nov - 15:44

À l'Est, ce samedi 22 juillet, la plupart des " Pas " sont tombés,

Le pas de la clé

Le pas de l'oeil
La plus pluspart des pas sont tombés.....

Le pas du Tracolet ,qui domine Grenoble (à une portée des canons Allemands)
l'avance ennemie se poursuit. Au Sud, dès le 21, la colonne ennemie progressant par la RN 93 a occupé Saillans de vive force. Mais, confrontées aux fantassins et aux blindés dans un combat frontal, les unités FTP de la Drôme ont abandonné le terrain. Là encore, le commandement FFI n'a pas eu d'autres réflexes que ceux imposés par une formation classique, inadaptée aux circonstances et au terrain. Maintenant, les responsables du Vercors savent que l'accès au plateau par le Sud-Est ouvert. Après cette première journée d'affrontement il n'est plus possible de s'illusionner sur l'issue du combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Mar 6 Nov - 11:21


Les civils payèrent un lourd tribut à Vassieux et à la Chapelle en Vercors...
Au cours de la nuit, une longue discussion à laquelle participent Zeller, Cammaerts, le Major Longe, Chavant, Huet et son État-major envisage d'abord l'évacuation du plateau : sortir en force ou par petits éléments...

Finalement, Huet décide la poursuite de la résistance jusqu'à à l'épuisement des moyens.
Ensuite, les maquisards se disperseront en petites troupes pour nomadiser dans les secteurs les plus difficiles d'accès. Zeller et Cammaerts qui ont d'autres responsabilités importantes à l'extérieur du Vercors disparaissent. Ils franchiront l'encerclement sans trop de difficultés dans la journée du 22. Pendant 24 heures, l'ennemi consolide les positions acquises. Au cours de l'après-midi du 22, il tente une reconnaissance offensive vers Valchevrière ; il est repoussé. Mais le lendemain, les positions des chasseurs de Goderville s'effondrent. Malgré l'héroïsme et le sacrifice de ces hommes, à 16 heures, Saint-Martin est occupé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Mer 7 Nov - 19:55

Le drame de Valchevrière

8 km de Villard de Lans, sur la route de Bois Barbu,
Le bois Barbu
surgit Valchevrière

Maquette du village avant l'intervention Allemande

Ce village en pleine forêt a servi de camp aux maquisards avant d'être le lieu d'un sévère affrontement les 22 et 23 juillet 1944. Ce petit hameau était un verrou important de résistance bloquant le passage vers le Vercors Central.


Sur le belvédère qui domine le village (Une croix y a été érigée en ...... Elle marque le caractère symbolique de l’endroit) ,



le lieutenant Chabal et ses hommes se sacrifièrent pour retarder l'avance allemande et moururent les armes à la main. Les maisons furent ensuite incendiées. Aujourd'hui le village ruiné est resté en l'état, avec ses poutres calcinées, ses pierres à nu et noircies.



Seule la petite chapelle est encore debout.

La La chapelle maintenue en état

Les ruines du four à pain du village...

Perdues dans les herbes de montagne sous la protection de la chapelle les ruines résistent au temps pour que le promeneur se souvienne.....

Ainsi tombe la nuit sur Valchevriere......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Vercors   Jeu 8 Nov - 7:27

Tu nous éblouis avec toutes tes belles photos! sont-elles toutes de toi!

Continue à nous faire vivre ces combats avec d'autres photos!

Amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: valchevrière   Jeu 8 Nov - 19:33


Le lieutenant Chabal

Valchevrière vu du belevédère

Les ruines endormies sous la neige....

Une commémoration symbolique dont le lieutenant-colonel Abbonen a souhaité rappeler l’importance historique :
« Profitant de cet anniversaire commémorant la bataille du Belvédère de Valchevrière, rien de plus symbolique pour nous chasseurs alpins du 13°, dépositaires du fanion et des traditions du 6°, que de concrétiser ces rapports privilégiés, par une cérémonie militaire sur les lieux mêmes de ces combats pour la liberté, où les combattants de l’ombre du Lieutenant CHABAL ont fait « Sidi Brahim ».






Comèmoration du -é eme anniversaire de la destruction du village en présence du Général de Puybusque Cdt la 27eme B I M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Résistance   Ven 9 Nov - 1:06

Non les photos ne sont pas toutes de moi la majorité sont récupérées sur différents sites et lieux où m'entrainent mes recherches,bouquins prètés par des amis,revues diverses,et documents ne m'appartenant pas mais que mes connaissances ,sachant ce que je fais sur les Forums ,me font passer. C'est un travail de recherche que je fais bien entendu le Net me sert beaucoup.
Je cherche à intéresser le maximum de monde pour qu'il vienne sur le forum et participe hélas je désespère d'y arriver car nous restons peu nombreux à poster. Je pensais que les textes avec des photos serviraient à débloquer le forum j'ai peur de m'être trompé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Ven 9 Nov - 12:10

. Le 22 juillet .malgré une résistance souvent remarquable, la poussée allemande soutenue par la Luftwaffe dès que le temps le permet, reprend inexorablement . Les contre-attaques prévues contre les aéroportés de Vassieux, se révèlent irréalisables avec les moyens disponibles. En fin de journée l'étau s'est partout resserré et les liaisons du maquis deviennent très aléatoires.
Le dimanche 23, à l'est, les allemands s'élancent en force et vers 15 heures les défenseurs sont submergés. A Vassieux, la Luftwaffe largue une vingtaine d'autres planeurs avec des renforts et des armes lourdes.

Huet n'a plus de réserves, il transmet à tous l'ordre de dispersion et ainsi: les maquisards reprennent le maquis. Il rend compte à Alger: «tous ont fait courageusement leur devoir dans une lutte désespérée et portent la tristesse d’avoir dû reculer sous le nombre et d’avoir été abandonnés seuls au moment du combat»



Le 24 juillet, dans la matinée, l'équipe radio en liaison avec Londres reçoit de sa Centrale l'ordre de gagner la Drôme, ce qu'elle fera avec difficulté. Les opérateurs qui dépendent d'Alger ne reçoivent pas d'ordre, mais, en fin de journée, prennent des dispositions analogues. Des isolés se joindront à eux, ainsi 70 hommes s'échapperont par le Col de Menée. Jusqu'à la fin, la coordination entre les deux capitales aura été absente des préoccupations du Haut Commandement. Sur le terrain, des restes d'unités constituées, celles de Costa, de Geyer, l'État-major de Huet, grâce à la discipline imposée par l'encadrement survivant malgré les difficultés et les dangers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Ven 9 Nov - 18:31

certains points pouvant faire polèmique j'ai retrouvé quelques informations complémentaires les anciens militaires pourront nous traduire le nom des unités engagées

Pour cerner un peu mieux la Résistance dans le Vercors mes recherches m’ont dirigé vers tout un tas de sources,mes amis ,le musée Grenoblois de la résistance,les revues d’époque,des documents prêtés par des amis et bien sûr Internet.

J’ai voulu recouper les différentes interprétations qu’on donne de la bataille du Vercors en gardant ce qui me semblait revenir le plus souvent dans les divers écrits et en me renseignant auprès d’un docteur, ancien maquisard de la Cie des Chambaran ,que je connais bien et qui malgré ses 87 ans, bon pied ,bon œil a toute sa mémoire et reste un redoutable joueur de bridge -Les photos vous vous en doutez ne sont pas toutes de moi,beaucoup sont prises sur le net et sur différentes revues et livres .

-En ce qui concerne le nombre de planeurs les chiffres sont variables il y a eu en plusieurs jours des arrivages. Certaines sources annoncent un nombre de 22 ,sur la même source le texte de la citation militaire de Vassieux, la citation officielle du 4 août 1945 faisant Vassieux compagnon de la libération parle pour la journée du 21 juillet 44 de 24.

Il semblerait que le chiffre exact soit 20 mais plusieurs autres planeurs arrivèrent et au total une quarantaine de planeurs (43) durent se poser sur le plateau.

- De même la provenance des planeurs prête à confusion, on trouve qu’ils viennent soit de Lyon soit de Strasbourg. La réalité est sans doute qu’ils viennent des deux bases citées et c’est ce qui explique qu’au dernier moment que Werner Knab le chef de Klauss Barbie à Lyon ait pu embarquer et se trouver dans cette opération. Il serait étonnant que les parachutistes stationnés à Lyon depuis le 14 juillet soient remontés à Strasbourg pour embarquer ,à moins qu’une telle opération, du fait du matériel n’ait pu se préparer et se faire que d’une base sûre dans un secteur proche de l’Allemagne. ?

- Aucun parachutiste Allemand n’a sauté sur Vassieux ils ont tous été déposés.
La composition des troupes déposées serait ;

Les Fallschirmjäger du Kampfgruppe Jungwirth atterrissent dans le Vercors
Le 21 juillet 1944 une vingtaine de DFS 230, remorqués par des Do 17 en provenance de Strasbourg, appartenant au I./LLG1 (Hauptmann Krug) et en particulier à sa 2.Staffeln, déversent sur le plateau du Vercors une première vague d’assaut de parachutistes allemands. Ceux-ci sont constitués d’une part de parachutistes appartenant au bataillon du Major Hans Jungwirth , basés depuis le 14 à Lyon/Bron (Fallschirmschule 1, XI.Fliegerkorps dirigée par l’Hauptmann Hornburg), et au II./Kampf-Geschwader 200 sous les ordres de l’Oberleutnant Friedrich Schaëfer , et aussi par des éléments de la 8.(Leg.) Kp.3./Rgt.Brandenburg.
Les parachutistes proviennent initialement du centre d’instruction de Mannheim alors que la 8.(Leg.) Kp.3./Rgt.Brandenburg est détachée de la division du même nom rebaptisée Streifkorps Frankreich Süd. L’Hauptmann Traeger, nouveau commandant de l’unité, dispose alors deux Einsatzgruppen et d’un kl.Führungsstab avec un Nach.Zug. Lors de sa participation à l’attaque du Vercors, un planeur sera même abattu le 21 juillet au hameau de la Mure où seront recensés huit morts : trois soldats d’origine française, quatre Ukrainiens et un officier. Cette première vague de planeurs sera rapidement suivie d’une seconde constituée de vingt autres DFS 230 et de trois gros Go 242 entre le 18 et le 23 juillet. En se posant près de Vassieux et de sa piste d’atterrissage de 1050 mètres, les planeurs déversent les parachutistes qui passent de suite à l’action. Les maisons sont incendiées et les maquisards, comme d’ailleurs la population civile, sont passés par les armes ou meurent en combattant. Le 26, les parachutistes brûlent leurs planeurs avant de descendre dans la vallée.
Sur l’ensemble du massif du Vercors les parachutistes ont perdu 101 combattants dont 46 à Vassieux. Du coté des maquisards 500 ont été tués et l’on dénombre 200 victimes civiles, ainsi que 1200 bâtiments incendiés
La 157 eme division de reserve, sous les ordres du Generalleutnant Karl Pflaum, en septembre 1943, elle est redéployée dans la région de Grenoble, Chambéry, Aix-les-bains, Annecy, Chamonix et participe activement, jusqu’au 20 septembre 1944, à la lutte contre les maquis de la région et notamment ceux du Vercors.

Le général nazi Karl Pflaum, chargé de liquider le Vercors, dispose de quatre bataillons de réserve, de deux batteries de montagne, d’une partie de la 9e Panzerdivision (blindés), de trois bataillons venus du front de l’Est, d’une partie du régiment de sécurité 200 ; d’une partie du régiment de police 19, de troupes de la Feldgendarmerie, d’unités d’alerte et de l’escadre de combat 200. Il est appuyé par la Milice de Pétain et des GMR. Pflaum dispose ses forces de façon à encercler totalement le Vercors. Le 19 juillet, il fixe au 21 le jour « J ».

Lors de cette opération la division a engagé sur place les forces suivantes
Res.Gren.Rgt 157
Kdr : Oberst Max Kneitinger en poste du 3/43 au 4/44.
Stab Res.Gren.Rgt 157 PC à Gap
Wohlklang (musique) PC à Gap
Res.Gren.Btl 179 PC à Grenoble (1-3 Kp)
Res.Gren.Btl 199 PC à Chambéry (1-3 Kp)
Res.Gren.Btl 217 PC à Embrun (1-3 Kp)
Res.Inf.gesch.Kp 7 PC à Chambéry
Res.Pz.Jäg.Kp 7 PC à Chambéry
Res.Inf.Nachrichten.Komp 7 PC à Grenoble
Res.Inf.Pio.Kp 7 PC à Grenoble
Res.Inf.Gesch.Kp 157 PC à Gap
Res.Pz.Jäg.Kp 157 PC à Gap
Res.Inf.Nachrichten.Komp 157 PC au Mont-Dauphin
Res.Geb.Jäg.Rgt.1
Kdr : Oberst Franz Schwehr en poste du 20/12/43 au 11/44
Stab Res.Geb.Jäg.Rgt.1 PC à Aix les Bains
IR.Geb.Jäg-Btl I./98 PC à Annecy (1-5 Kp)
IR.Geb.Jäg-Btl II./98 PC à St-Jean de Maurienne (6-9 Kp)
Kdr : Hauptmann Geyer puis Hauptmann Resseguier le 15/5/1944.
IR Geb.Jäg-Btl.99 PC à Briançon (1-4 Kp)
IR Geb.Jäg-Btl.100 PC à Bourg St-Maurice (1-4 Kp)
Kdr : Major Helmut Hermann
Pz.Jäg.Kp Res.Geb.Jäg.Rgt.1 PC à Sallanches
Nachrichten.Kp Res.Geb.Jäg.Rgt.1 PC à Aix les Bains
Res.Art.Rgt.7 PC à Grenoble
Kdr : Oberst Alfred Seeger
Stab Res.Art.Rgt.7
Res.Art.Abt.7 PC à Grenoble
Nachrichten-Zug
Btr 1./Res.Art.Abt.7 avec 6 pièces de 10,5 cm le.FH 16
Btr 2./Res.Art.Abt.7 avec 3 pièces de 15 cm s.FH 18
Res.Geb.Art.Abt.79 PC à Alberville
Nachrichten-Zug
Btr 1./ Res.Geb.Art.Abt.79 avec 2 pièces de 7,5 cm Gb.G.36, 4 pièces de 7,5 cm Gb.K.15 Skoda
Btr 2./ Res.Geb.Art.Abt.79 avec 2 pièces de 7,5 cm Gb.G.36, 4 pièces de 7,5 cm Gb.K.15 Skoda
Btr 3./ Res.Geb.Art.Abt.79 avec 4 pièces de 7,5 cm Gb.K.15 Skoda
Res.Pi.Btl.7 PC à Grenoble (1-3 Kp)
Kdr : Major Wilhelm Fehlhammer en poste du 10/42 au 10/44
Res.Nachs.Abt.1057
Stab Res.Nachs.Abt.1057 PC à Aix les Bains
Kraftf.Zug mot.1057
Geb.San.Kp.1057
Krankenkw.Zug.1057 une partie de la section est affectée à Gap.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Sam 10 Nov - 11:00

Mais, dans le désordre général qui tourne vite au " sauve qui peut ! ", de nombreux groupes, des isolés, ignorent l'ordre de dispersion. Pendant plusieurs jours, totalement désorientés, ils vont tenter de quitter le plateau avec des fortunes diverses. Bon nombre réussiront d'autres, épuisés, seront abattus au hasard des rencontres avec l'ennemi, se noieront en tentant de traverser l'Isère.
Nombreux sont ceux qui, interceptés par les barrages et les patrouilles installés à la périphérie du massif, seront exécutés sur place, ou fusillés après un simulacre de jugement.
Après la grande offensive allemande du 26 juillet 1944, les maquisards se replièrent. Le 29 juillet au soir cinq hommes rescapés de la bataille , Jean Prévost et ses compagnons André Jullien du Breuil, Alfred Leizer, Charles Loysel, et Jean Veyrat quittèrent leur refuge de la Grotte des Fées à Saint Agnan.

Ne supportant probablement plus l’inaction, atteints moralement de ne pas voir arriver l’aide aérienne tant espérée, ils décidèrent de se rapprocher de Grenoble. Ils choisirent de prendre l’ancienne route d’Engins pour descendre aux Côtes de Sassenage à La Grand’Vigne après s’être assurés d’y être en sécurité. Mais au petit matin, alors qu’ils longeaient le vieux Pont Charvet, les maquisards tombèrent dans une embuscade.


A 7 heures du matin ce 1er août, il faisait grand beau. Sortant de l’ombre au moment où le soleil illuminait de ses premiers rayons le massif de la Chartreuse qui allait se dessiner face à eux, les allemands embusqués firent feu ,
Jean Prévost (Goderville)et ses compagnons dans un sursaut de résistance tente d'éviter les coups de feu en sautant par dessus de parapet du Pont Charvet.

Plus tard, les villageois remontèrent du Furon les corps criblés de balles.aux visages méconnaissables

Ce jour là le Vercors perdit un chef de guerre et la France un grand écrivain en devenir.

L’aventure de Jean Prévost débuta aux Côtes-de-Sassenage chez Pierre Dalloz et connut son épilogue à quelques centaines de mètres au Pont Charvet

Pierre Dalloz avait perdu la veille un autre grand ami : Antoine de Saint Exupéry disparut en mer au retour d’une mission aérienne d’observation sur les Alpes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: photo   Sam 10 Nov - 20:00

Cette photo du pont est magnifique, elle mériterait d'être comme fond d'écran et aussi de gagner un concours.

Amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: ANNIVERSAIRE   Sam 10 Nov - 22:30



Comme nous faisions avec nos instituteurs......et avec ma Mére les 8 mai...;La veuve de guerre du village et ses deux gosses était présente à toutes les manifestations au monument aux morts....comme le Maire l'instituteur et les personalités!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Dim 11 Nov - 3:00

Lorsque, depuis la forêt de Lente, le 25 juillet, Huet informe Alger de la fin tragique du Vercors, depuis la veille, «tous ont fait courageusement leur devoir dans une lutte désespérée et portent la tristesse d’avoir dû reculer sous le nombre et d’avoir été abandonnés seuls au moment du combat.


Pendant que les maquisards s’enfoncent dans les bois essayant de briser l’encerclement, les Allemands se livrent à d’atroces représailles contre les civils, arrêtent des suspects souvent dénoncés pour de sombres affaires personnelles ou par vengeance pour d’autres raisons.. Ils massacres les habitants de Vassieux,
exécutent des otages à La Chapelle en Vercors achèvent les blessés qu’ils découvrent dans la Grotte de la Luire ou « l’hôpital du Vercors » les Allemands ont entamé la phase de nettoyage et de répression.

Les victimes civiles de Vassieux
A Vassieux sur 150 maisons une dizaine sont debout et réparables ….mais pillées. Le cheptel a été emmené (plus de 600 vaches laitières) une partie a été mitraillée ou brûlé dans les étables. Sur 430 habitants 72 civils sans distinction femmes et enfants,vieillards sont morts le reste des vivants sont dénués de tout,sans maison ils n’ont plus que le secours de la charité…




La nouvelle église de Vassieux avec devant une carcasse de planeur pour que les visiteurs qui ne connaissent pas pose des questions à leur sujet.....


Dernière édition par le Mar 13 Nov - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Lun 12 Nov - 13:15

Après en avoir fini avec Vassieux les Allemands vont à la Chapelle en Vercors ou ils retrouvent d'autres soldats venant de St Martin en Vercors



« A la Chapelle en Vercors il n’y avait aucun combattant,les Allemands venant de Vassieux ne reçurent aucun coup de feu ,sans raison ,sous le simple motif de représailles plusieurs hameaux seront brûlés. Les hameaux de « la Cime du mas »des « drevets » ceux des « Pélayons » du « château » de « la rivière »et des « Chaberts » des fermes isolées tous et toutes subirent le même triste sort et leurs habitants assassinés.

Au Curé Pitavy de la Chapelle qui demanda à un officier d’épargner d’autres bâtiments celui ci lui répondit « Je regrette beaucoup,j’ai une consigne il faut que je l’ exécute : je dois tout brûler »

Arrivés au bourg les soldats ,sous le regard et l’approbation de leurs officiers attablés à boire de la Clairette, se livrèrent à un pillage méthodique enfonçant à coup de crosses et de pieds les portes et ressortant avec leur butin,argenterie,robes,postes de radio,qu’ils mettaient dans les voitures.

Entre 4h et 7 h du soir les habitants sont rassemblés sur la place et les Allemands se plaisent à dire : « tous les habitants de Vassieux et de la chapelle sont des terroristes où sont les dépots d’armes ?» Les soldats font trois groupe parmis les villageois,le premier comprend les hommes de 17 à 40 ans,le deuxième de 40 ans et au dessus,le troisième est composé des femmes et des enfants. Les 16 jeunes sont gardés à part plus sévèrement tandis que les autres groupes sont autorisés à aller chercher des vêtements pour passer la nuit avant de se rassembler de nouveau pour 9h au écoles.

Brusquement des explosion éclatent,d’immenses flammes s’élèvent de tous côté :le bourg à part quelques maisons ,brûle

Tout à coup venant de la cour de la ferme Albert des coups de pistolets suivis de rafales de mitraillette éclatent. Tout la nuit c’est l’angoisse personne ne peut sortir du bâtiment gardé par des soldats.

Au matin les soldats semblent avoir disparu un hommes se hasarde au dehors et se rend dans la cour de la ferme Albert dont les bâtiments sont en flammes et découvre des corps étendus pêle –mêle, les 16 jeunes dont son fils de 16 ans, sont tous là enchevêtrés criblés de balles les crânes éclatés »

Récit tiré du livre « le Vercors martyr »écrit par l’Abbé fernand Gagnol curé de Vassieux et le chanoine Séraphin Pitavy curé de la chapelle en Vercors



la liste des jeunes fusillés



Passant souviens toi.......

Attestation des écrits.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Mar 13 Nov - 13:28

Le massacre de la grotte de la Luire



La Grotte de la Luire se situe au cœur du Vercors, non loin de Saint-Agnan. large d’une vingtaine de mètres, s’ouvre par une chatière sur un extraordinaire réseau souterrain.Elle possède plusieurs salles aux dimensions de cathédrale, un puits vertical très profond et au-delà une série de galeries conduisant jusqu’à l’auvent qui va servir d’hôpital.



Elle fut choisie par l’Etat-Major de François Huet pour que les blessés graves des deux hôpitaux militaires de Saint-Martin et de Tourtre soient évacués quand les Allemands arrivent et envahissent le Vercors.L’Etat-Major, pensant qu’il vaut mieux chercher un abri dans le montagne.

En outre, les blessés y seront suffisamment protégés des intempéries et de la vue des ennemis, du moins le croit-on car la grotte est totalement invisible de la route.



L'endroit où les blessés étaient étendus....lieu de souvenir de nos jours

Il y a là, fin juillet, une cinquantaine de personnes parmi lesquelles 28 maquisards, 2 femmes de Vassieux, 1 officier de commando (un sous-lieutenant américain), 4 soldats allemands blessés et le personnel médical (3 médecins, 7 infirmières, la femme d’un des médecins et son fils de 17 ans, 1 secouriste de la Croix-Rouge et 1 jésuite).

Le 27 juillet, un avion de surveillance allemand survole la grotte et aperçoit le drapeau de la Croix-Rouge.



A 16 heures 30, une infirmière voit apparaître la casquette grise d’un Gebirgsjäger, puis 15 à 20 soldats.

Le commandant du groupe est prié, par les soldats Allemands soignés (en fait, des Polonais), d’épargner tout le monde car ils estiment avoir été bien traités. En réponse, celui-ci fera défaire leurs pansements pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une ruse. Un Français d’Afrique du Nord sera abattu pour avoir insulté l’officier allemand.

Ensuite, deux groupes sont constitués par les Allemands : le premier comprenant les grands blessés et une infirmière. Les blessés sont emmenés sur le terre-plein en contrebas de la grotte et exécutés. Leurs corps seront jetés ensuite dans le ruisseau.



Un autre groupe est emmené à Rousset où ils seront enfermés, puis à Grenoble.

Le 28 juillet, sept autres grands blessés seront exécutés à Oules.

Deux docteurs et le père jésuite seront fusillés à Grenoble le 10 août.

Les sept infirmières seront déportées et l’une d’elles ne reviendra pas.


Je joins ici un récit émouvant d'un spéléologue lors d'une expédition à la grotte de la Luire:

« Tombé au fond d’une crevasse, je vis tout d’abord un fusil rouillé. Puis,incidemment, ma main parcourut une fissure. Un carnet vermoulu apparut. Mon cœur battait la chamade. Je l’ouvris en tremblant, j’aperçus la photo jaunie d’une jeune femme qui m’était étrangement familière ! Certaines pages étaient illisibles, seules les dernières avaient été épargnées par l’humidité. Je lus ces quelques lignes : « 27 juillet :un avion de surveillance allemand survole la grotte. Je crains qu’il ait aperçu le drapeau de la Croix-Rouge. 16 heures 30 : je vois apparaître la casquette verte d’un homme de la Gestapo, puis une vingtaine de soldats. J’entraîne Gaston dans la première galerie. Il vient d’être amputé du pied, il s’agrippe à moi en gémissant. » Le cousin Gaston… C’était donc le carnet de mon grand-père ! Mamie m’avait raconté comment mon grand-père et son cousin Gaston, blessés tous les deux, s’étaient retrouvés dans la grotte transformée en hôpital de fortune. Je connaissais la suite »




Il aurait été intéressant de connaître le sort de ce grand Père qui avait eu le temps d’écrire sur son carnet ses quelques lignes. Comment avait-il pu descendre dans cette crevasse,sans doute avait –il laissé son compagnon amputé dans la grotte ? A-t-il été pris plus tard ? on peut le penser ? il reste toutefois beaucoup de mystère autour de ce récit.. il faudrait pouvoir contacter l’auteur .. ;Je n’en ai pas la possibilité pour le moment......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Résistance   Mer 14 Nov - 1:39

J'ai des doutes sur la véracité de ce récit aussi je viens d'envoyer à deux sources différentes une copie.IL y avait une cinquantaine de personnes dans la grotte elles sont sûrement toute identifié et je pense avoir une réponse des deux sources toutes les deux proches du Vercors et de la tragédie. Le directeur du musée de la résistance de Grenoble et le Directeur du mémorial du Vercors à Vassieux. Je vous tiens au courant de leurs réponses


Voici mon envoi



Connaissez vous ce récit non signé?

il me semble qu'il y a pas mal d'invraisemblances.

-1° Le grand Père en question aurait vu arriver les soldats Allemands,et aurait pu noter l'heure bien que blessé et traînant un amputé!!!!

-2° tirant un camarade amputé comment pouvait-il aller jusqu'a la crevasse?Sans doute l'amputé est resté en haut?

-3°Comment a - t-il pu avoir le temps de noter sur son carnet?

-4°Dans ce milieux humide le Spéléologue qui raconte l'histoire aurait retrouvé le carnet de son grand père? Dans quel état? les crevasses de la grotte ne sont -elles pas envahies par l'eau assez souvent?

-5°Il semblerait que ce grand Père ait subi le même sort que les autres occupants de la grotte ou alors il s'en est sorti?

6°Ne trouvez vous pas qu'il y a beaucoup de miracles dans ce récit????

Les noms des occupants de la grotte ,des survivants (s'il y en a eu) sont très certainement connus de vous (il y avait moins de 50 personnes,aussi je vous serais reconnaissant de vérifier la véracité de ce récit et de me tenir au courant de vos conclusions.Je ne voudrais pas raconter n'importe quoi à mes petits enfants,.........si ces faits sont exacts ce récit est poignant

.

Avec mes remerciements pour votre aide .

Salutations
Ce récit est une "fable"
voir résultat des recherches en page 7 confirmation de la non réalité


Dernière édition par le Mar 4 Déc - 1:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Résistance   Mer 14 Nov - 9:47

Tu n'es pas seul ROCO!

On lis tes pots! dommage que ce soit presque la fin!

Amitiés et merci!

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Mer 14 Nov - 17:22

Des 4 000 maquisards de juin, certains sont restés sous les armes. Grâce aux forêts et aux zones chaotiques, et malgré les conditions de survie très difficiles, la plupart des groupes de maquisards bien organisés parviennent à échapper aux recherches allemandes, puis fin juillet ou début août, à gagner l'extérieur du massif pour y reprendre la lutte. Ceux qui au contraire ont tenté trop tôt la sortie furent souvent interceptés et abattus, tel Jean Prévost « Goderville » l'ami de Dalloz. Au nord du plateau, Costa qui a pu garder en mains les meilleurs de ses hommes, mettra en œuvre la technique de guérilla qui aurait du être la règle du combat dans le Vercors. Il mènera avec succès plusieurs actions jusqu'au départ définitif de l'ennemi, fin août.


En août 1944 : l’armée allemande reflue dans la vallée du Rhône par la N 7, poursuivie par les troupes américaines et françaises débarquées en Provence. Pendant que se livre la bataille de Montélimar, Romans-sur-Isère et Bourg-de-Péage sont libérés le 22 août un peu trop tôt, par les hommes de Geyer .



La troupe de maquisards de Geyer comprends d'anciens militaires du 11eme cuir et 50 d'entre eux dont certains défilent dans Romans libéré sont des soldats Africains


Mais la liesse est subitement interrompue par le retour des Allemands, le 27 août.

Les troupes Allemandes en retraite depuis le midi de la France harcelées de toute part par les maquisards qui sont sortis de l’ombre,n’ont rien perdues de leur rudesse et de leur ardeur pour la répression contre ces "terroristes" et les populations qui les aident. Ce sont alors trois jours de peur pour la population, terrée dans les caves ou en fuite. Après des prises d’otages, des incendies, des pillages, l’entrée des Américains, le 30 août, marque la libération définitive de la ville.


[/font]
Qu'avez vous changé ? et pourquoi apparaissent toute un tas de données ? Je viens d'en effacer tout au long de mon post je vous en laisse quelques unes pour vous montrer. Heureusement que j'ai fini car je ne ferais pas ça tout le temps.Cela rime à quoi??? merci de me tenir au courant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
severlow
Admin


Masculin
Nombre de messages : 1909
Age : 67
Localisation : La Houssaye
Loisirs : météo, sciences, maths, histoire
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Résistance   Jeu 15 Nov - 8:43

Roger, arrête d'être désagréable et ne m'accuse pas de choses que je n'ai pas faite!

Je n'ai rien touché à ton post, je le découvre tel quel ce matin à 6h41! tu as sans doute fait une fausse manoeuvre en voulant mettre soit de la couleur soit changer les polices!

Amitiés

_________________
Qui ose vaincra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://6-juin-1944.forum-2007.com
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Résistance   Jeu 15 Nov - 15:08

je ne veux pas être désagréable tu sais bien que je suis comme ça "soupe au lait;j'ai ouvert et me suis trouvé devant une autre configuration ce qui m'a étonné ..donc j'ai du faire une fausse manoeuvre l'ennuyeux avec moi c'est de ne pas avoir laquelle...alors pédale douce.
Je ne serais plus désagréable longtemps car j'ai bientôt fini et n'ai plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Jeu 15 Nov - 15:43

Après ces longs mois de lutte et d’espoir, faisons le bilan

Dans les combats du Vercors sont tombés officiellement 840 Français, 639 maquisards Quant à la population, exposée à la sauvagerie des assaillants, elle paie un lourd tribut : 201 personnes meurent dans des conditions souvent atroces, 41 autres sont déportées, 573 maisons sont détruites Au total, les combats du Vercors ont coûté aux français plusieurs centaines de morts.
Le chiffre le plus couramment avancé (Paul Dreyfus, Henri Amouroux) est de 840 morts dont 200 civils, mais les monuments de Saint-Nizier et de Vassieux portent, gravé dans la pierre: 750 combattants et civils. des pertes dans cette dramatique aventure.
Dans cet état d'esprit, il est honnête d'admettre de l'ordre de 500 à 600 tués parmi les combattants, ce qui ne signifie pas que tous aient été tués au combat, et de l'ordre de 200 civils, morts du fait de la bataille. De toute façon, le bilan est lourd

Des chiffres invérifiables font état de 158 tués chez les Allemands. En outre, il faut noter la ruine économique de la région en raison du pillage systématique et des destructions, l'énorme choc psychologique subi par les populations concernées. Les multiples exemples de leur férocité sont connus. Cette période durera près de 15 jours avec pour but la récupération des matériels militaires, le pillage des biens



Nécropole de Vassieux


Pourquoi le plan Montagnard n’a-t-il pas été exécuté et pourquoi les promesses n’ont pas été tenues ?



1°-La disparition de Jean Moulin et du Gal Delstraint priva le Vercors de ses meilleurs avocats enthousiastes du plan montagnard

2°-Ce plan fut sans aucun doute transmis aux alliés,mais il resta dans les dossiers comme tant d’autres

3° Pourquoi se plan fut-il délaissé ? Peut-être fut-il jugé trop ambitieux,peut-être même fut-il oublié ;Toujours est –il qu’aucun débat n’eut jamais lieu,à l’échelon le plus élevé entre responsables militaire Français et Anglo saxons sur l’utilisation militaire du Vercors.

A l’approche du débarquement le plan « Montagnard » n’était donc pas planifié et il était beaucoup trop tard pour le faire la machine de guerre alliée interdisait pratiquement toute modification importante des choix statégiques,surtout si elle était proposée par les Français.

L’erreur coupable fut de laisser croire aux chefs du Vercors que le plan initial était toujours valable ; Plusieurs confirmations vinrent enraciner cette conviction,les promesses faites à Alger à Chavant, la note de Soustelle,la mission chargée de préparer l’aérodrome de Vassieux. Comment les maquisards du plateau n’auraient-ils pas été persuadé que les parachutistes allaient arriver en temps opportun ?

Si l’on ne pouvait pas sauver le Vercors on aurait pu le secourir,ne serait ce qu’en lui apportant l’aide aérienne qu’il réclamait,bombardement des aérodromes Allemands d’où partait l’aviation ennemi pour le Vercors. Appui- feu sur les concentrations de troupes Allemandes accrochées sur les routes difficiles et pentues d’accès au plateau.

Pour obtenir ces interventions tentatives et démarches se multiplièrent ,elles aboutirent par une cruelle ironie quand tout fut fini sur le plateau !!

Ainsi mourut une grande espérance et beaucoup trop d’hommes et de femmes pour quoi ?

Même si l’ordre du jour N° 259 du Gal Koenig dit : « Les forces de la Résistance en Vercors,en fixant d’importants effectifs allemands ont rendu d’immense services à la bataille de France »
Tel n’est pas cependant l’avis de tous...

En guise de conclusion

Hors du comportement héroïque indéniable de la plupart des combattants, il faut bien reconnaître que l'affaire Vercors et sa conclusion tragique constituent une longue suite d'erreurs grossières, d'inconséquences dramatiques, tant au niveau du Haut Commandement qu'au plan local. Il faut admettre que le " plan Montagnards " tel que rédigé par Dalloz et le Ray, déposé au B.C.R.A. Londres par Delestraint n'a jamais été réellement étudié par les décideurs de Londres ou d'Alger
Pierre Dalloz, « l'inventeur du plan », a rejoint Alger, fin novembre 43, après un long périple. Il a présenté son projet à Dewavrin, chef du bureau central de renseignements et d'action, chargé des relations avec la Résistance Il en a parlé avec Louis Joxe, secrétaire général du Comité Français de Libération Nationale, avec le colonel Billotte et avec bien d'autres. Nulle part, il n'a obtenu l'intérêt qu'il espérait, ni aucun engagement ferme. Il a trouvé l'atmosphère d'Alger chargée d'intrigues et de discorde. «La Guerre, écrira-t-il, c'est la guerre de Gaulle-Giraud ». Envoyé à Londres en février 44, Pierre Dalloz n'y trouve pas, dans les milieux français, un accueil plus ouvert qu'à Alger. Refusant d'entrer dans le jeu politique, il n'obtient aucune prise de position en faveur du Vercors
Il n'y a jamais eu de réponse claire aux deux hypothèses d'emploi proposées par les rédacteurs.
Manifestement le Vercors n'a pas été considéré comme un argument particulier dans les prévisions alliées de Dragoon. La double hiérarchie des services spéciaux français à Londres et à Alger a généré et entretenu l'ambiguïté sur le terrain, où les responsables ont bâti un Vercors conforme à leurs propres conceptions, voire leurs impulsions .Du côté français, le poids des arrières pensées politiques n'est pas négligeable. Les préoccupations dont Joxe fait état à Dalloz, celles affirmées par d’Astier à Londres, se rapportent directement à l'utilisation de la Résistance après la Libération. Elles font sentir leur effet sur le terrain dans le comportement de Farge et de Chavant, pour lesquels le Vercors est intéressant, en tant que territoire libéré, redevenu République. Cette conception va dans le sens d'une mise en défense immédiate en attendant l'intervention aéroportée, qui ne viendra pas, et l'arrivée des Alliés dont la date de débarquement restera inconnue pendant 2 mois. Les Services Spéciaux français et alliés ont expédié dans le Vercors plusieurs missions d'évaluation, à la suite desquelles aucun ordre formel ni même de direction générale n'ont été donnés. Elles ont procuré une aide matérielle comme elles l'ont fait pour d'autres maquis importants (Massif Central, Jura, Savoie).
L'ordre d'insurrection générale, donc de mobilisation, a été une erreur dramatique que le contre-ordre ultérieur n'a pas modifié. Le prix à payer a été lourd pont les Français de l'hexagone, en particulier pour ceux du Vercors .

Mémorial du vercors au col de la Chau dominant Vassieux

À Alger, les querelles de personnes, de services, les divergences et les appétits politiques ont considérablement nui à l'exploitation des informations venant du terrain par des messages radio retardés, non transmis ou transformés. Les promesses faites, tant par radio qu'oralement, dépassent l'entendement. Elles laissent le choix entre enthousiasme naïf et duplicité arrêtée. En effet leurs auteurs ne disposaient d'aucun moyen aérien d'aucun matériel ; toutes les unités et le potentiel militaire français étaient engagés sur le plan de débarquement allié, rigoureusement programmé. Il est vraisemblable que pour le Vercors (comme pour " l'opération Caïman " dans le Massif Central), l'état-major de de Gaulle a fantasmé, rêvant d'une stratégie qui n'entrait pas dans les perspectives anglo-américaines, s'illusionnant sur ses propres capacités d'intervention à partir de rassemblements importants de maquisards opérant sur les arrières ennemis.
À partir de ce flou où le " projet Montagnards ", d'abord oublié, a ressurgi comme une opportunité, sous une forme non précisée, vont se commettre, sur le terrain, d'autres erreurs tout aussi gravissimes.L'idée d'un rassemblement important de combattants a manifestement tenté les responsables militaires, voire civils. Les premiers, inconsciemment, prisonniers de leur formation aux thèmes de la guerre classique, rêvant d'affrontements tels qu'étudiés dans les écoles de guerre. À défaut d'imagination, faute de réalisme, ils ont privilégié la version " Vercors forteresse ", en attendant un parachutage hypothétique conditionné, éventuellement, par la date inconnue du débarquement. Or, ils n'avaient ni les moyens, ni surtout les hommes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
ROCO
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 399
Age : 77
Localisation : Loire(42)
Loisirs : chasse,pêche,lecture, rugby
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La Résistance en France   Ven 16 Nov - 1:26

Epilogue




[
Originaire de l’Isère je trouvais que les différents écrits résumaient trop rapidement la Tragédie du Vercors, avec souvent des contradictions. Aussi ai je voulu dans l’ensemble de mes ‘’posts’’ essayer de regrouper les informations trouvées dans les différentes publications,celles, qui me semblaient les plus crédibles et les plus précises , sans aller toutefois dans tous les détails . Comme il est ardu de lire des pages et des pages sur un ordinateur j’ai voulu agrémenter au maximum ces ‘’posts’’ de photos glanées un peu partout et faire connaître cette belle contrée de France qu’est notre Vercors.
J’espère que ces photos magnifiques d’Isèrephoto vous donneront envie de venir passer un peu de vos vacances dans ces montagnes de France au passé si riche


FIN

Mes sources :

© Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

© 1939 1945 l'Isère en Résistance, l'espace et l'histoire, Editions Le Dauphiné Libéré

Pierre Dalloz. Coll. MRDI Jean Prévost. Coll. MRDI Charles Delestraint. Coll. MRDI

.. FondsChavant, coll. Musée Dauphinois

Alain Le Ray. Coll. MRDI

© Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

© 1939 1945 l'Isère en Résistance, l'espace et l'histoire, Editions Le Dauphiné Libéré

© 1939 1945 l'Isère photo- dauphiné.com

Extraits du livre CHRONIQUE DES MAQUIS DE L'ISERE de Paul et Suzanne Sylvestre - Editions Presse Universitaires de Grenoble

« l’isère en résistance » édition dauphiné libéré

association des amis du musée du vercors« Sassenage c’est tout une histoire » S Piccarreta

http://www.vercors-net.com/dossiers/histoire/resistance.html

www.http://vercors-net.com/dossiers/histoire/resistance.html

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_ville/vassieux.html

www.http://ordredelaliberation.fr/fr_ville/vassieux.html

http://www.resistance-en-isere.com/Commun/docs/1/Doc189.PDF

www.http://resistance-en-isere.com/Commun/docs/1/Doc189.PDF

beaucoudray.free.fr/martyrs.htm
Mr Fillet du Musée de Vassieux en Vercors
Les responsables de la Grotte de la Luire
Mr le directeur du musée de la déportation et de la résistance de Grenoble


Dernière édition par le Mar 11 Déc - 1:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cegetel.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Résistance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Résistance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6 juin 1944, mon débarquement (le devoir de mémoire) :: PREAMBULE :: Une fausse armée en Angleterre, en face du Pas-de-Calais...Patton et 12 fausses divisions :: Larésistanceen France-
Sauter vers: